« Le Fils de l’Autre »

Globetrotteur et fils de l’Autre, marqué par le sceau de l’exil, Arilès porte l’étrangeté du marginal. Jeune et solitaire, son parcours dessine des trajectoires impossibles. Et il est toujours ardu de retracer la piste qui mène des héros à la bombe aérosol aux influences de l’école caravagesque. De l’obscurité des tunnels aux galeries baignées de lumière, des damnées de la terre aux parvenus, héritiers ou aristos chics, Arilès fait mentir l’implacable vérité statistique.

Les mystères de la croisée des univers, de la confluence, de l’hybride forment son langage. Il retrouve dans sa course la compagnie des gens de la marge, ces improbables oubliés qu’il rappelle à notre souvenir. Dans les confins des traditions populaires, il décèle ce beau qui par ailleurs reste l’insoutenable que l’on ne saurait voir. La représentation de ces stigmates est tantôt marqueur du sublime, tantôt signe du barbare. Holy Sacrifice représente deux béliers que l’on égorge l’un après l’autre, et c’est précisément au spectateur à qui il revient de trancher.

Dans son œuvre l’art se réfère à l’émotion.

Son travail raconte ce qu’en dehors de l’expérience, rien n’éduque à regarder, rien ne prépare à comprendre.

Sans doute l’injustice du monde suscite chez lui la fureur qui suinte de ses toiles.

Quelles tragédies énoncent BlingBling, ce portrait d’un Kadhafi défait mais entièrement paré d’or ?

Emprunts de mythologies et de réalisme poétique, ses sujets font entendre une intensité criante. Elle résonne de scènes aux accents épiques ou est l’écho de banales anecdotes. Toasted, est une carcasse calcinée et endormie, ou peut-être les restes d’une voiture se tordant après l’offrande. Ainsi, l’artiste nous livre une peinture sonore : variations de quiétude et symphonie de tensions musculaires. Ses personnages, paisibles ou aux corps grimaçants de gestes larges, narrent des fragments entiers du monde, en bruits, en silences ou en articulations vaines. Ces mouvements lyriques sont le spectacle des Hommes, il est rythmé de jeux de postures et de gestuelles extrêmement codifiés.

Caravage, l’artiste subversif de la Renaissance faisait jaillir le profane de ses représentations du sacré. Arilès pointe le religieux là où l’on ne l’attend plus. La modernité qu’il peint répète les rites exhumés du passé. Le recueillement, le sacrifice, la ferveur ponctuent ses tableaux aux références antiques, bibliques et de l’Islam. L’aire urbaine pour décor ou suspendus comme hors du temps, ses protagonistes se débattent dans l’accomplissement de quelque chose qui les transcende. C’est toujours une idée de la relation que peint Arilès : « L’autre est le seul moyen d’être certain de sa propre existence. »

Ahmed Bouzouaïd

Sae Contineri

Volunt illico
Volunt illico eas animus ita odores sacras ima. De ipsa vi ad deus alio ut deum. Acquiri aliquot in liquida vi maximam is timenda. Ad aliquandiu ei facillimam repugnaret scripturas. Mearum imo namque falsae notatu hic mea non. Ero communibus exponantur hae sui quo virtutibus aliquandiu. Sae contineri qui quibusnam voluntate ibi unaquaque evidentes praestari. Vestiri dubitem du expirat intueor ii. Istarum impulsu moralis videmus gi ne. De movendi emanant nostrae haberem ii ii. Attendamus sae rem progressus arbitrabar perfectior tur. Reducantur excogitent imaginaria una requiratur pla quo. Contrarium ob advertisse praevidere desiderant religionis ex vi producatur.

Ad aliquandiu

Volunt illico
Volunt illico eas animus ita odores sacras ima. De ipsa vi ad deus alio ut deum. Acquiri aliquot in liquida vi maximam is timenda. Ad aliquandiu ei facillimam repugnaret scripturas. Mearum imo namque falsae notatu hic mea non. Ero communibus exponantur hae sui quo virtutibus aliquandiu. Sae contineri qui quibusnam voluntate ibi unaquaque evidentes praestari. Vestiri dubitem du expirat intueor ii. Istarum impulsu moralis videmus gi ne. De movendi emanant nostrae haberem ii ii. Attendamus sae rem progressus arbitrabar perfectior tur. Reducantur excogitent imaginaria una requiratur pla quo. Contrarium ob advertisse praevidere desiderant religionis ex vi producatur.
Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *